Journal quantique: mardi 8, décembre 2009

Journal quantique: mardi 8, décembre 2009

Voici ce que j’écrivais dans un journal sur le web, il y a quelques années…

8 Décembre 2009
« Dans la vie il y a deux catégories d’individus :Il y a ceux qui regardent le monde tel qu’il est et se demandent pourquoi. Ceux qui imaginent le monde tel qu’il devrait être et se disent : pourquoi pas ? »
Georges-Bernard SHAW

A l’envers du mot « quantique » il y a un nœud gordien que je n’arrive pas à dénouer, idem pour acide désoxyribonucléique, ADN pour faire plus simple.

Pourquoi ai-je cette irrésistible intuition qu’un secret essentiel se cache en nous et de façon structurée. Secret qui pourrait nous libérer la cervelle mieux que tous les voyages psychédéliques tentés jusqu’à ce jour. De plus, je suis persuadée qu’ils sont liés de manière intrinsèque. Depuis quelques temps, j’achète et collectionne compulsivement tout ce que je peux trouver sur le cerveau et son fonctionnement. Savez-vous où se situe le siège de la pensée? Mais surtout comment utiliser cet animal indiscipliné, votre esprit, à son plein potentiel. Je suis attirée par des images comme celle de l’attracteur étrange et reste paralysée devant les spirales perpétuellement en mouvement. Ces images me rappellent une autre vie, précédente? Vie dans laquelle on m’a assigné une mission, mais comme dans un mauvais rêve, impossible de me rappeler laquelle, elle est dans mes gènes, une mission atavique.

Dans cette énigme, les ondes sonores ou la musique ont leur importance, ce sont elles qui régissent le sens, la direction à prendre. Seulement une intuition…

5 février 2010:
Les pièces du puzzle se mettent en place mais je n’ai pas encore l’image globale, elle s’éclaircit petit à petit, des point nets et du flou autour. Je sais qu’il y aura un moment magique, celui de l’assemblage final. Quand le film de ma vie me sautera aux yeux, quand je connaîtrai la mission finale. Les progrès sont lents, parfois laborieux, avec quelques illuminations en balises le long du chemin.

19 mars 2010:
Tous les matins quand j’allume mon ordi, je suis confrontée à cette photo. Pilule bleue ou pilule rouge?
Remarquez qu’il y a plusieurs rouges et une seule bleue. J’ai fais de Morpheus mon symbole. Tous les jours se pose le même choix, vais-je continuer à ronfler dans la matrice ou prendre le tunnel du lapin?
Marche en avant sur la scène de la vie. J’avance, c’est déjà ça. Mon cerveau est passé au congélateur, pas d’idées, calme plat. Me sens comme l’imprimante couleur au boulot « out of memory », je coince à la page 13.
pillJe n’ai pas encore trouvé l’inspiration automatique, elle me tombe dessus comme une grâce, de temps en temps. J’aimerais la contrôler, l’avoir à la demande, ne pas être calée, une boule dans la gorge. Peut-on apprivoiser le contrôle?

le cycle est-il terminé? Ai-je fais le tour? J’aimerais que le cercle se referme. Pas assez de temps, par contre, pour lire et étudier, même si Morpheus m’inspire et que je cherche les traces du lapin blanc dans « the Matrix Model ». L’élément qui m’arrachera des marais, est proche, je le sens m’envelopper, une étrange énergie…

12 avril 2010 :
Existe-t-il une différence entre les pensées et la conscience? La conscience est-elle l’instigateur des pensées? Est-ce intentionel? L’intention d’où vient-elle? De nulle part, de l’inconscient, d’une énergie extérieure qui nous pousserait dans un sens ou dans l’autre?

Si c’est l’inconscient, c’est bonjour les dégâts. Type de question que je me pose ce matin dans le train en écoutant « Tool ».
On ne peut déterminer l’état d’un système quantique qu’en l’observant.
En d’autres termes, est-ce que la conscience génère l’évènement?

Je suis allée à cette conférence : Introduction à la physque quantique, en éspérant y trouver une définition qui tienne la route… Morvan Salez à initié sa présentation en nous disant:  » Ceux qui vous disent qu’ils comprennent la physique quantique sont des menteurs…. » Gros éclats de rires et respirations de soulagement. Certains physiciens s’accrochent désespérément à l’aphorisme de Feynman:  » Calcule et tais-toi! ».
J’aime, j’aime vraiment beaucoup, sauf que Mr Feynman préfère jouer les autruches.

Morvan Salez nous laisse entrevoir un vertige qui remet en question pas mal de concepts sur la réalité.
Ce qui se passe réellement entre deux états observables échappe aux physiciens, ils savent que ça marche mais ils ne savent pas pourquoi; ils considèrent les chemins possibles au même moment et font la somme de toutes ces possibilités. Le phénomène « temps » n’existe pas, toutes les probabilités sont présentes au même moment (calcul matriciel).

Ma perception: tout peut arriver, tout est possible et dépendra de la vision que l’on en a.
En fin de compte, Dieu joue bien aux dés, Dieu n’étant dans ce cas précis qu’une possibilité parmi tant d’autres. Cohérent, c’est ce que vous observez qui est réel et déterminant, chacun observant d’une manière différente en fonction de ses 5 sens,  en fonction de ses propres croyances et perceptions.
Pense-t-on à mettre une intention dans la pensée (et là on retrouve la PNL), ou se laisse-t-on porter comme un petit bouchon?
Pour en revenir au début, faut-il une intention? La cause précède-t-elle les effets?
J’existe dans mille univers et il y a mille possibilités de vie, de choix, de lieux, d’événements subordonnés les uns aux autres.

L’univers est-il malléable? Et si oui, ben euh: « accroche ta ceinture Dorothy parce que le Kansas te dit aurevoir » (Cypher to Neo in Matrix).

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *