Archives de
Mois : février 2018

Ecrire un roman, le retour.

Ecrire un roman, le retour.

Je reviens sur ces pages avec une once de culpabilité accrochée aux basques, je m’étais promis de terminer un roman pour le 31 aout 2017 à 23h59, je n’ai pas tenu mon délai. Shame on me!! Non, je ne referai pas la marche de Cercei dans « Game of Thrones ».

Qu’à cela ne tienne, à ma décharge, j’ai quelques circonstances atténuantes: la vie n’est pas un long fleuve tranquille, parfois elle étouffe dangereusement les parcelles de temps dédiées à l’écriture. Puis j’ai arrêté de fumer (voir l’article précédent.)
J’étais loin d’imaginer qu’il me restait UNE MONTAGNE de choses à apprendre. A réaliser aussi, qu’il y a une certaine procédure à suivre et que non, comme je le pensais naïvement, on n’écrit pas un roman en trois mois.

Après ces durs constats, l’élan premier est revenu au galop. Qu’à cela ne tienne. S’il faut apprendre, j’apprendrai, surtout dans la joie et la curiosité avec une question majeure : Ils font comment les autres ? par autres, j’entends tous les écrivains, si pas les meilleurs, au moins les corrects. Je ne veux pas faire de la grande littérature, mais des histoires que les gens auront envie de lire. Voici donc l’objectif formulé.

Il aura fallu du temps et de la réflexion en amont, des milliers de questions auxquelles il me fallait trouver des réponses. Le sujet, le thème et comment je le développe ? Comment créer un personnage, un héros marquant, ou encore un superbe ennemi qui donnera beaucoup de fil à retordre?
Comment faire un plan, par où commencer, comment terminer, quelle structure choisir ? C’est quoi un conflit?
Comment je fais évoluer mon personnage principal, mon histoire?
Que va-t-il ou elle apprendre au cours de l’histoire? Qui est-il au début, qui est-il à la fin? Et il se passe quoi entre les deux?
Comment traiter une idée, un thème, quelle est la différence entre les deux ?

Je bloque

Et que faire en cas de triste blocage? Mon cas, lorsque je me suis aperçue de l’impossibilité à tenir mon délai. J’étais dans le marasme, le manque d’idées, de courage, en phase de grande procrastination. Incroyable comment faire le ménage devient soudainement très attrayant. Toussote! Et surtout, comment calmer ce chat qui court partout, griffe, saute et redécore l’appartement façon zen « chatitude ».

Au mois de septembre et octobre je me suis retrouvée bloquée au point de me dire que je n’y arriverais jamais, ce que j’ai à dire a été dit des milliers de fois, pourquoi je me fatiguerais à écrire un truc que personne ne lira;  accumulant toutes les mauvaises raisons que ma raison pouvait imaginer.

Ecrire tous les jours ne me pose pas réellement un problème, mais structurer un très long texte, des idées, des scènes qui se suivent logiquement,  devient nettement plus délicat. J’ai trouvé mon bonheur en dévorant quelques livres en français et en anglais quant à la structure, la création de personnages, décors, montrer plutôt qu’expliquer.

Que s’est-il passé? Une fois de plus, des rencontres salvatrices avec des auteur enthousiastes; l’un qui a adoré son métier sa vie durant. Un génie de la nouvelle et du roman d’anticipation Mr Ray Bradbury, soi-même. Puis, l’excellent « Anatomy of Storytelling » de John Truby et pas mal d’e-book téléchargeables gratuitement. Ouvrages peuplés de mots, phrases magiques, capables d’insuffler la bonne énergie au bon moment, d’apporter l’inspiration, la créativité.


Il me fallait un plan d’action, quelque chose à suivre pas à pas, quelqu’un qui me prenne par la main. C’est là que je me rappelle que je suis coach et que l’auto coaching serait tout à fait adéquat.

Si l’objectif est trop élevé, trop grand, alors il faut le découper en morceaux, en objectifs plus petits, plus facilement atteignables. Savoir quelles ressources on a déjà, versus celles à acquérir.

C’est dans le livre d’Anael Verdier que j’ai trouvé l’énergie pour reprendre les choses à zéro et correctement, c’est-à-dire et je cite:
Une méthode pour ne plus jamais vous trouver à court d’idées.
* Un accompagnement pas à pas: remplissez les fiches d’exercices et voyez votre roman se construire sous vos yeux sans y penser.
* Un questionnaire précis pour définir les personnages principaux de vos histoires en toute simplicité. Des Conseils de Méthodologie, définir son objectif, les 4 piliers de l’écriture et les 7 étapes qui précèdent l’écriture d’un livre et notamment votre « Pourquoi ? ».

Pourquoi je veux écrire ce que je veux écrire ?

Au plus je pratique, au plus je me rends compte que le « pourquoi » est essentiel. Inutile d’empiler les objectifs s’il n’y a pas un « pourquoi » basique, la force qui vous pousse en avant, les raisons qui vous arrachent à votre lit le matin et vous permettent de continuer ce que vous avez  commencé la veille ou il y a dix ans.

Mes ressources : une montagne de notes et quelques livres sur l’écriture disséminés un peu partout dans l’appartement. Si vous désirez plus de références et les ebook gratuits, demandez-les moi 🙂

Ces derniers mois ont été dédiés à creuser mon idée de base, à l’étoffer. Dédiés aussi aux recherches. La documentation est bien rangée dans un dossier ad hoc, mon héroïne et mon antagoniste sont vivants, elle s’appelle Lou Bernthal et Lui Igor Farben. Je sais dans quelles villes mon histoire se déroule, quels lieux et à quelle époque, une ébauche de synopsis est en cours, et là j’en suis à construire mon plan, éventuellement écrire certaines scènes et dans quel ordre elles vont se succéder.
Bref, même si je n’ai pas chômé, je ne suis pas au bout de mes joies, et c’est tant mieux.  J’aime ce chemin, pavé d’idées lumineuses et de leçons enthousiasmantes, un chemin que j’aimerais partager avec vous tout au long du processus.

Aimeriez-vous être un lecteur « bêta » ?

Soit (définition de wikipedia) : « Un bêta-lecteur (également appelé bêta-correcteur) est un critique ou correcteur, non professionnel, d’ouvrages écrits, généralement des œuvres de fiction. Son apport est généralement de corriger des fautes grammaticales ou d’orthographe, mais il peut également donner son avis sur l’histoire, sa crédibilité, ses personnages ». Fin de citation.

C’est surtout vos avis sur l’histoire et les personnages qui m’intéressent. Je compte terminer mon premier chapitre pour la fin de ce mois de février et le soumettre à ceux qui seraient intéressés. Des amateurs ??? répondez-moi dans les commentaires ou en message perso.

Voici le pitch et les titres provisoires :

« La Perspective du Fou », ou « Singularité ».

Lou Bernthal est une médium surdouée, mais refuse ce don qu’elle trouve « débile », elle s’est enfermée dans une bulle protectrice qui laisse tout le monde à des kilomètres de sa carapace néo punk. Journaliste pigiste, elle réalise des enquêtes à la demande. Igor Farben, PDG d’une grosse multinationale du web, lui demande d’entrer en contact avec un groupe d’activistes qui se font appeler les « Millennials ». Farben l’envoie à Venise, où se déroule un congrès sur le Transhumanisme,  elle y rencontrera les « Millennials » et son destin.